BIOGRAPHIE

Parcours

Dans le travail de, Magali Sanheira le geste est spontané, intuitif, rapide, quelque soit le médium, sculpture, dessin, vidéo ou musique, pour interroger les systèmes d’une société fondés sur la vitesse, la violence, la croyance, et la destruction industrielle de la nature.
Le rapport au son est au centre de ses recherches, en dialogue avec les arts visuels.
Magali Sanheira est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy, avec mention.

En 1996, elle réalise la performance « Electronic Primitiv », une armure sonore cousue à partir de protections de skate-board, auxquelles sont rivetés des morceaux de métaux, et sous lesquelles elle place des micro-contacts.
Reliée à un ampli basse, l'artiste se jette contre les murs et portes du lieu.

Elle accorde, dans son travail, une importance privilégiée aux systèmes d'amplification à travers différents dispositifs et installations sonores.

Entre 2010 et 2017, Magali Sanheira développe un projet intitulé « Making Circle ».
Debout face à des murs dotés d'un système d'amplification, l'artiste trace au charbon et de manière répétitive un cercle de son envergure.
Le son est modulé par le mouvement, le support et l’acoustique du lieu. Au fur et à mesure que le morceau de charbon se désagrège, le dessin s’agrandit, formant une expansion qui se réalise par la ruine et l’exploitation extrême des matériaux.
La durée de la performance est définie par l’épuisement du geste et en fonction de l’évolution de la composition.
Se dessine l’empreinte visuelle et acoustique de l’effort qui invite à plonger dans un flux de sons concrets.
La contemplation de cet éternel retour invite aux questionnements sur le devenir et la transformation.

En 2014, elle fonde avec Gaël Angelis le duo musical Carbon sink.
Ils collaborent notamment avec des artistes tel que Z'EV et Damien Schultz.
Parallèlement, elle élabore un nouveau projet musical solo, Oculus tapageur.
Son instrumentation est bigarrée, entre matériel de récupération et nouvelles technologies ; Des microphones, un corpus d'objets arrangés, des suspensions de véhicules, un TX-81Z, une vieille guitare, des effets analogiques...

Sa musique est basée sur l'improvisation. Ses compositions superposent diverses prises de sons acoustiques qui génèrent des résonances spectrales, sur fond électronique de synthétiseur F.M.
Elle créé un univers singulier, à la fois bruitiste et empreint de « Saudade »- Nostalgie du futur.

Magali Sanheira expose et joue en France et à l'étranger.

Expositions personnelles
2019 - Noir Profond. Haïdouc, Bandits-Mages, Bourges / 2018 - Outre-temps. Alvéole Zéro, Le Havre, France / 2014 - Nature amplifiée. Festival de M.A.I, Le Salon, Nice, France / 2013 – Paradox Landscape, Urban Incubator-Goethe Institut program. Gallery Osmica, Belgrade, Serbie / 2011 - Ode au métal. Journées Européennes du Patrimoine. Espace d'Art La Terrasse, Nanterre, France / 2001 - French Connexion. Galerie 99, Brno, République Tchèque / 2000 Galerie Püda, Czesky Tesin. République Tchèque

Expositions collectives
2018 - Lieux de passage. Centre d'Art Les Tanneries, Montargis, France./ 2016 - Broken:here and there. Galerija Podrum, Centre culturel de Belgrade, Serbie / Mouvement Art et Technologie. festival Futur en Seine, Paris, France / 2015 – La Répétition. Frac Franche-Comté, Besançon, France / 2014-2015 – Memory of the Violence and Dreams about the Future. National Museum of Montenegro. Cetinje, Montenegro / Kibla Portal, Maribor, Slovénie / Museum of Contemporary Art Vojvodina. Novi Sad, Serbie / 2014 – Disgrâce 2. Le Générateur. Gentilly, France / 2012 Sonores. Curator’s Lab. ASA factory for European Capital of Cultural. Guimarães, Portugal / 2010 - Fluctuat nec mergitur, Festival Mal Au Pixel. Galerie Ars Longa, Paris, France / 2009 - Slick Art Fair. Galerie MT ProjectRoom, le 104, Paris, France / 2006 - Cosa Nostra. Glassbox, Paris, France / 2004 - Plan 6/4. Centre Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon, Sète, France / 1998 - Ça prend pas de place. Galerie J & J Donguy, Paris, France

Concerts et performances
2019 - Le Non-Jazz. Garage Mu, Paris / À lier, Sonic Worldwide Network. Labomedia-Collégiale St Pierre Le Puellier, Orléans, France. / 2018 - Festival Laura Revue. Centre d'Art Les Tanneries, Montargis, France. / Maker Camp - Festival Brut Pop. La Station, Paris, France. / Bruitisme - Festival ÖDL. Wesserlin, France. / Hamlet-Machine, Chanson Française dégénérée. Les Instants Chavirés, Montreuil, France. / Matière noire. Galerie Planète rouge, Paris, France / 2017 - Radiophrenia. Centre for Contemporary Arts, Glasgow, U.K / Soirée Q. Les Instants-Chavirés, Montreuil, France / Le Non-Jazz. L'Armony, Montreuil, France / Festival Kosmica . La Colonie, Paris, France / Festival Audioblast #5. Apo33, Plateforme Intermédia, Nantes, France / L'Autre Musique - Shades of noises. Le Petit Bain, Paris, France / 2016 - Le Non-Jazz. Le Wonder, Saint-Ouen / Drum & Percussion Madness #4 - Apo33, La Fabrique, Nantes, France / Zones Intermédiaires. Semaine des Arts, Université Paris 8, France / Chantier #27. Espace en Cours, Paris / Ateliers de bitche. Nantes / Audioblast Festival #4. Apo33, Plateforme Intermédia, Nantes / 2015 - Détail, Paris, France / Bruitisme #3. T.O.T.E.M, Maxéville, France / Festival Upsky One. Espace d’Art Les Salaisons. Romainville, France / Cave 40, Bourges, France / Progress Gallery, Paris, France / Le Non_Jazz. Les Nautes. Paris, France / 2014 - Tôle! Théâtre l’Écluse. Le Mans, France / Le Placard -Bande-Originale. Paris, France / Le Non_Jazz. Galerie Le Treize. Paris, France

Quelques mots...

"Ma pratique s’inscrit dans un champ multidisciplinaire.
Dans une quête de sens, il y a un va-et-vient constant entre le sujet abordé et le choix des outils et des matières.

La rencontre fortuite avec un objet abandonné est souvent l’élément déclencheur.

Mon rapport à la musique est instinctif.
Audiophile, musicienne autodidacte, j’intègre le son dans ma pratique comme un matériau sculptural à part entière, me permettant de travailler sur une dimension supplémentaire : l’espace acoustique.

Je développe une recherche autour de formes et de volumes géométriques simples, voire élémentaires, des formes archétypales.
Je procède à des captations environnementales en glanant des objets et des sons ici et là. Puis c’est à partir de ces fragments que je vais disséquer et analyser des processus de fonctionnement qui nous entourent.

Ainsi, je renverse, démonte, re-combine ces divers objets et matériaux comme pour expliquer des logiques.
Celles de certains archétypes mythologiques où je me suis plus particulièrement intéressée à des figures féminines, celles qui s’opposent, les règles d’un jeux où toute victoire est obsolète, ou encore pour cartographier des territoires où la dérive n’a pour but que la mise en place d’une nouvelle stratégie d’occupation poétique du territoire.

J’ explore des techniques artisanales inédites lorsque nécessaire, détourne des technologies industrielles, et transforme des restes pour souvent les laisser bruts.
Ces objets tentent d’interroger les systèmes d’une société fondée sur la violence, l’obsolescence programmée, la vitesse, la chute, le leurre, et notre relation à l’autre dans cette société.

Ces objets qui se rattachent à des histoires, ou à des événements qui marquent l’histoire qui se fait, puisent dans leur potentiel narratif pour proposer d’autres futurs possibles."

M.S

photo © Nadia Rabhi