2014

Archives

MEMORY OF THE VIOLENCE AND DREAMS ABOUT THE FUTURE

International exhibition, panel discussions and research

Museum of Contemporary Art of Vojvodina, Novi Sad, Danube 37
Opening: Wednesday, 19th November, 19h
Exhibition: 19th November - 11. decembar 2014

Curator: Sanja Kojic Mladenov

Artists: Igor Antić _ Igor Bošnjak _ Distruktura - Barbara Barbi Marković _ Robert Jankuloski _ Jelena Jureša _ Thomas Köner _ Nebojša Lazić _ Marianne Marić _ Anuk Miladinović _ Radenko Milak _ Vessna Perunovich _ Magali Sanheira _ Selman Trtovac

Film Program: Beautiful Days 1914 / 2014,
Curator Luise Kloos (AU)
Authors: Arion Asllani (SR), Admir Mujkid (BA), Sanjin Fazlid (BA), Igor Juran (HR), Josip Zanki (HR), Davide Skrelj (IT), Lotte Schreiber (AU), Lea Titz (AU)

Music program: Boris Kovač, New Ritual Trio, Boris Kovač – wooden wind instruments, Slobodanka Stevid–piano, Siniša Mazalica-contrabass. Three compositions from serie 'Book of Happines' (12')

Panel Discussion

KM8, Kraljevida Marka 8, Belgrade

Start of the Discussion: Thursday, 20th November, 17h
Moderator: Gordana Nikolid
Participants: Igor Antid (RS-FR), Igor Bošnjak (BA), diSTRUKTURA (RS), Robert Jankuloski (MK), Thomas Köner (DE-FR), Nebojša Lazid (RS-US), Anuk Miladinovid (CH-DE), Radenko Milak (BA), Magali Sanheira (FR), Selman Trtovac (RS), Pierre Courtin - Gallery DUPLEX100m2, Sarajevo (FR-BA); Stefanie Böttcher (DE), Arion Aslani(RS)

The French Institute in Serbia and the Goethe Institute in Belgrade, in cooperation with the Museum of Contemporary Art Vojvodina (MSUV), initiated the project Memory of Violence and Dreams of the Future, dedicated to the commemoration of the centennial of the First World War, memories of turbulent and violent socio-political conditions, personal traumas, migration and dreams, within a contemporary and artistic context. The project brings together artists from Europe who use, as a starting point, the last 100 years of European history, without returning to the “old debate” on nationalism, imperialism and the issue of blame. With their research they intertwine different dimensions, approaches and issues, the past and the present, relations between the center and the peripheries, aspects of movement/travel, migration and exile, as well as new standards of communication in contemporary local, regional and European dimensions, in times when the examination of constellations and ideologies of the past is becoming necessary for establishing positions in a multipolar world. Through a collective artistic practice, across national borders, the past orpresent, and free of mental constraints, artists from different positions and contexts have the opportunity to explore and create new standards of mutual recognition, respect for differences, networking and strategies against apermanent degradation of knowledge and cultural endeavor.

The project contains within itself several intertwining thematic sections, pointing towards the key elements of the concept. The first is dedicated to the mythologization of the individual act and deals with the influences of social context, cultural models and created myths on the construction of social values of individuals. It problematizes relations within the community, subject to inherited behavior patterns and traditionally constructed values.
The second part of the project is concerned with memories and relationships of the collective and the individual during major social traumas, such as war. It emphasizes the notion of victimhood, the personal and the familial versus the militarized and the ideological.
The third segment is a dialogue between the artistic and historical content, through the inclusion of historical artifacts (films, photographs, objects, documents, magazines, etc.), as well as through the comparison of the past andpresent. It explores the relationship of artistic and historical positions through the engagement of avant-garde art practices, as an approach to art that defined the position of the progressive artist in the history of art. The fourth segment is concerned with the projection of social plasticity, the totality of the artwork, i.e. the shaping of life within artistic experimental practices. It stresses the importance of building positive European values in the future through theproblematization of a common past, in which, instead of dichotomy (positive-negative),the building of multiple views is emphasized, through the expansion and release from one’s own boundaries within art.

Each of the participants of the project finds the starting point for their research in their own artistic position, artwork media, identity and environmental context.Regarding the concept and the implementation of their work, some have found a starting point in the socio-political aspects and the role that Belgrade or Novi Sad had during the First World War, while most started from the position of the city in which they live and work in, finding new relations (Paris-Belgrade, Vienna-Sarajevo, Munich-Novi Sad, etc.). The establishment of geographic relations within the project is particularly emphasized.

Through their origins and their life paths, several artists are related to a number of countries or they currently reside in several cities and regions, maintaining or not maintaining connections to one or the other. These considerations are significant given that the project deals with a world war, which can also be viewed through the change of borders and territories, the transformation of the natural and the urban landscape, the aspect of movement of people, mixing of populations and cultures, resulting in a variety of human destinies.

Memory of Violence and Dreams of the Future highlights not only geographical but temporal relations, as well, therefore, through particular works, the artists intersecta variety of dimensions, approaches and issues of the past and present,using historical artifacts, myths or personal stories, developing their artistic practice through different media, such as: painting, sculpture, graphic design, photography, video, film and installations.

http://www.msuv.org/program/memorija-nasilja.php#


 

FESTIVAL TÔLE
L'Écluse - Théâtre National de Quartier
47 rue des Acacias, 72000 Le Mans

24, 25 et 26 Octobre 2014
Soirée : 6€

"Le festival Tôle ne prétend rien et surtout pas la réussite.
Nous prendrons pour prétexte la tentative d’un possible échec.
Nous nous ennuyons dans la ville.
Ici, nous sommes proche des eaux séparés, de quelques barrages, de quelques promesses.
Le festival Tôle convoite tout ce qui rate et envie tout ce qui plie.
Tôle est une tentative, pas une fin."

...................................................................................
Vendredi 24/10 - 19h30 + Apéro
...................................................................................

Mr Saï+Arth?
(Fr, Le Mans)
Rap Baroque Insurrectionnel

baron octobre
(Fr, Caen/Rennes)
Violence en marge / Incantations Saisonnières

Mc Cousin conjoined Arkestra
Rapsodie sombre

Töle
(Fr) I.S,
Bruit, musique non-divertissante, Introspective

Nuage Noir
Indus/free

...................................................................................
Samedi 25/10 - 19h30 + Apéro
...................................................................................

COSTES "Rabuchigai / Love Bug"
La réputation du performeur et écrivain Jean-Louis Costes n'est plus à faire, après 30 ans d'activisme, plus d'une cinquantaine d'albums et des centaines de performances trash dans le monde entier, à travers une bonne dizaine de ce qu'il nomme des "opéras porno-sociaux". Il viendra exceptionnellement au Mans présenter une version française de son dernier opéra qu'il a joué lors d'une récente tournée japonaise, sous le titre de "Rabuchigai", ou "Love Bug". Attention, date quasi-unique, après celle pour le festival japonisant Traditional Fukushima Dancefloor initié par le Dernier Cri à Marseille en début de mois !!!!
> http://costes.org
> http://eretic-art.com/costes.html

Z'EV "Cine-cussion"
Stefan Weisser, dit Z'ev, est un musicien et ésotériste, plus particulièrement kabbaliste, originaire des Etats-Unis, connu pour son travail de percussionniste, lui conférant le statut de pionnier du mouvement industriel. En effet, dès la fin des années 1970, il est actif dans la scène de la Bay Area où il se produit avec des instruments de son invention, à partir d'objets trouvés, le plus souvent métalliques, de récupération industrielle. Depuis 2009, il développe son concept de "ciné-cussion" qu'il présentera au Mans. Il s'agit d'un projet audiovisuel dans lequel l'énergie sonique est transformée en projections vidéo, en se fondant sur le principe des "cymatics", c'est-à-dire le phénomène de formation de figures géométriques à partir de surfaces en vibration. Il utilisera pour cela des percussions électroniques, engendrant des ondes sonores qui sont ensuite directement traduites sur l'écran de projection.
> http://www.rhythmajik.com
> http://freemusicarchive.org/music/ZEV

Magali SANHEIRA "Making Circle"
Magali Sanheira est une jeune artiste sonore et plasticienne originaire de Paris, formée aux Beaux-Arts de Cergy. Dans sa performance "Making Circle", des cercles sont tracés à l'aide d'un morceau de charbon sur une surface amplifiée. Du geste émane un son rugueux et abrasif, modulé par les accidents du frottement du charbon sur ce plan. La forme qui en résulte, faite de cercles de l'envergure de l'artiste, rappelle l'ouroboros, symbole de l'éternel retour et du temps infini.
> http://magalisanheira.org
> http://carbonsink.bandcamp.com/album/sound-works

CARBON SINK
Pour Carbon Sink, Magali Sanheira est associé à Gaël Angelis, également plasticien et artiste sonore dont la pratique musicale s'appuie en particulier sur son expérience de batteur. Il s'agit d'un projet électro-acoustique utilisant les possibilités de l'amplification avec des objets en résonance. Ce projet fait suite à de nombreuses années de collaboration sur des projets plastiques et marque leur intérêt commun pour les systèmes d'amplification complexes et les systèmes électromécaniques. Ils construisent ainsi un environnement immersif et organique aux couleurs d'une musique concrète, minimale et contemplative.
> http://carbonsink.bandcamp.com/album/carbon-sink
> http://soundcloud.com/g-angelis

Wojciech KOSMA "Blow Job"
Wojciech Kosma est un jeune compositeur polonais basé à Berlin, après avoir effectué son doctorat en composition à la Goldsmith University de Londres. Dans sa composition Blow Job, il s'agit pour l'interprète de "simuler une fellation sur un microphone", créant ainsi des larsens avec la cavité buccale. Selon les instructions données par le compositeur, la durée de la performance est ouverte, laissée au libre choix du ou des performeurs. Cette composition-performance ouverte a déjà été réalisée à de nombreuses reprises à travers le monde depuis sa création en 2008, mais, à notre connaissance, encore jamais en France. Désormais, Wojciech Kosma se consacre à l'élaboration de performances et de vidéos dans le cadre de son collectif The Family.
> http://www.sleek-mag.com/berlin/2013/10/wojciech-kosma
> http://the--family.com

VOMIR mur bruitiste
Vomir, alias Romain Perrot, est l'un des Grands Maîtres du Mur Bruitiste. Autrement dit, du Harsh Noise Wall (HNW), style musical extrême ayant émergé dans la deuxième moitié des années 2000, en Europe et aux Etats-Unis (avec Sam McKinley/The Rita et Richard Ramirez/Werewolf Jerusalem, formant à eux trois la Sainte-Trinité du HNW), comme une radicalisation du mouvement harsh noise et de sa version japonaise, le Japanoise. Le Mur Bruitiste, monolithique, statique, opaque, morne, appelle au repli sur soi, au non-agir, dans l'isolement et le refus social pour faire place à un néant impersonnel menant vers la désintégration irrévocable. "no dynamics, no change, no development, no ideas".
> http://www.decimationsociale.com
> http://grisli.canalblog.com/archives/2013/11/11/28560853.html

...................................................................................
Dimanche 26/10 - 16h
...................................................................................

Fraicheur Cascade
(Nantes / Le Mans)
Sextet / Free Music

Makina Voice
(France / Moisdon la rivière )
Danse / Musique avec Arthur Narcy et Annie Lam

Brotherhood of Noise
(Fr, La Guierche)
Psychédélisme Industriel et Métalurgique


 


CE QUE LE SONORE FAIT AU VISUEL

Édition du catalogue de l'exposition collective

Commissariat Jeune création, Richard Conte & Françoise Docquiert

Aurélie Herbet, Atsunobu Kohira, Farah Khelil, Bill van Cutten, Charlotte Charbonnel, Claire Chesnier, Filomena Borecka, Vincent Bullat, Anaïs de Chabaneix, Michaël Jourdet, Frédéric Khan; Jérôme Pierre, Magali Sanheira, Véronique Verstraete, Koki Watanabé.

 

 

 

 

 


 

 


Le Placard
DANS LE CADRE DE BANDE-ORIGINALE
Croisière Live Dimanche 3 août – 12h-21h
Concert Carbon Sink – 15h

Dispositif inventé en 1998 par l’artiste Erik Minkkinen (Collectif Burö, Sister Iodine…), Le Placard est une scène ouverte à toutes les performances musicales.

Durant 9 heures, les performances d’une vingtaine d’artistes et musiciens se succèdent sur la péniche Henri IV et sont diffusées simultanément au casque in-situ et en streaming sur internet.

Point d’embarcation : Péniche Henri IV 6, quai de la Seine 75019 Paris en face de la Maison des Canaux
Accès : Métro ligne 2, 5, 7 arrêt Stalingrad / Jaurès
Tarif : 2 euros

*****************

BANDE-ORIGINALE
UNE EXPLORATION ARTISTIQUE DU CANAL DE L’OURCQ.
Concerts / Parcours / Croisières Sonores

Du 12 juillet au 10 août, en cinq rendez-vous et cinq villes étapes, Bande Originale est une manifestation nomade qui déploie Navettes Sonores, Parcours Sonores, et application mobile pour découvrir in-situ les créations d’une vingtaine d’artistes invités.

Bande Originale, c’est aussi un Programme Live, présenté à bord des Croisières Live et sur la scène des Plages MU avec des rencontres musicales inédites.

http://www.bande-originale.net

Bande Originale est organisé à l’invitation du Département de la Seine-Saint-Denis dans le cadre de L’été du Canal.


 


Un éloge des équilibres
Commissariat Frédéric Lecomte et Jérôme Diacre

VERNISSAGE LE 5 JUIN
EXPOSITION DU 06 AU 20 JUIN 2014

Le Générateur
16 rue Charles Frérot
94250 Gentilly, France
http://legenerateur.com

DOMINIQUE BLAIS, RÉMI BOINOT, BERNARD CALET, HUGO CAPRON, FRANCK CHARLET, ANTOINE DESCHAMPS, LE GENTIL GARÇON, NILS GUADAGNIN, FRÉDÉRIC LECOMTE, FRED MORIN, DIEGO MOVILLA, JÉRÔME PORET, BERNHARD RÜDIGER, EMILIE SACCOCCIO, MAGALI SANHEIRA.

Disgrâce n’est pas une mésaventure ; c’est une expérience de l’ombre qui permet, en un sens, de voir plus clair. Il y a peut-être cette descente aux Enfers de David Lurie personnage du livre éponyme de Coetzee, spécialiste du romantisme anglais et de Byron qui finit son existence en vétérinaire improvisé qui euthanasie des chiens errants dans l’aride campagne d’Afrique du Sud. Mais Disgrâce est surtout le moment où l’enchantement cesse, le rêve se brise momentanément.
Dans un tour de magie, le premier moment est celui du pacte ; un contrat tacite est passé entre le public et l’artiste présentant un objet et/ou une personne qui va traverser dans des circonstances extraordinaires, franchir les portes du merveilleux. Ensuite c’est l’effet ; la surprise, l’étonnement et l’attente. Le dernier moment est le prestige ; l’objet ou la personne réapparaît comme par enchantement. Disgrâce, c’est justement le prestige qui ne vient pas. L’effet s’impose et dure… trop longtemps. C’est de cette suspension dont il est question… un éloge des équilibres.
Entrer dans l’exposition relève d’un tel parcours ; une étrange expérience où le cours du temps est suspendu. Les oeuvres en volumes parlent toutes de cela. Bernard Rüdiger, Le Gentil Garçon, Frédéric Lecomte, Rémi Boinot, Nils Guadagnin, Magali Sanheira, Bernard Calet et Dominique Blais jouent sur un enfermement temporaire qui dure trop longtemps, une obsession lancinante, une effraction soudainement arrêtée… Ils parlent d’équilibres précaires, d’instantanés du cours des choses et des existences. Aux murs les oeuvres de Jérôme Poret, Antoine Deschamps, Frédéric Morin, Diego Movilla et Franck Charlet travaillent aussi cette question de l’équilibre en illustrant le passage de l’anonymat à la lumière et inversement en plongeant le glorieux aux coeurs des ténèbres.

Jérôme Diacre, Frédéric Lecomte


 


Pense-bêtes / Reminders. Collection 1
Commissariat de Sandra Aubry et Sébastien Bourg.

Première collection présentée dans le cadre de l’exposition personnelle
“A bitter sweet legacy“

VERNISSAGE LE 5 JUIN
EXPOSTION DU 6 JUIN AU 26 JUILLET 2014

Galerie de Roussan
10 rue Jouye-Rouve 75020 Paris
contact@galeriederoussan.com
www.galeriederoussan.com

Pense-bêtes. Collection1 est une exposition dans l’exposition ; la pièce est inclue dans l’installation du rez-de-chaussée.
Sandra Aubry et Sébastien Bourg invitent 130 artistes à investir les petites cases d’une casse d’imprimerie, sur le thème du pense-bête, avec des petites pièces de quelques centimètres.
Les artistes invités témoignent de leur rapport à la mémoire, en produisant un objet ou un signe qui incarne leur stratégie pour mettre l’oubli en échec. Un pense-bête (« toute chose destinée à se rappeler ce qu’on a l’intention de faire»/ Larousse) incarne dans le présent le signe d’un fait futur qui risque de ne pas ad- venir s’il tombe dans l’oubli avant. Il concilie le souci intellectuel et la réflexion de l’archivage avec le geste simple (idiot ? animal ?) et son expressivité instinctive. Les propositions des artistes sont donc variées : véritable pense-bête fonction- nel, réponse tautologique et conceptuelle liée directement au casier, confidence personnelle et récit intime, proposition incarnant la question de la mémoire dans leur processus créatif, … .
Cette exposition « en tiroir » s’inscrit dans la logique du musée transportable. Objet à posséder et espace à investir, cette collection mobile emprunte la forme de l’archivage et se situe quelque part entre une hiérarchie muséale et une accu- mulation formelle hasardeuse.
Ce projet sera suivi d’autres collections sur ce thème du pense-bête, et d’une édition.

Arnaud Aimé, Markus Akesson, Estèla Alliaud, patrickandrédepuis1966, Joel Andrianomearisoa, Guillaume Aubry, Gilles Balmet, Cécile Beau, Emilie Benoist, Mélanie Berger, Romain Bernini, Mireille Blanc, Matthieu Blanchard, Maxime Bondu, Filomena Borecka, Sébastien Bourg & Sandra Aubry, Alice-Anne Brassac & Gabriel Jones, Emilie Brout et Maxime Marion, Laure Carnet, Laurence Cathala, Claude Cattelain, Charlotte Charbonnel, Patrick Chénais, Coraline de Chiara, Grégory Cumins, Gael Davrinche, Laurence De Leersnyder, Alain Declercq, Caroline Delieutraz, Jean-François Demeure, Raphael Denis, Gabriel Desplanque, Luc Doerflinger, Mathieu Dufois, Chloé Dugit-Gros, Vanessa Fanuele, Laurent Fiévet, Raffaella Cutuli Fiévet,Jérémy Flandin, Nikolas Fouré, Etienne de France, Sarah Garbarg, Nicolas Giraud, Nils Guadagnin, François Génot, Agnès Geoffray, Paolo Giardi, Christian Globensky, Sophie Gaucher, Michel Gouéry, Laura Gozlan, Marie-Laure Gucciardi, Milène Guermont, Ann Guillaume, Laura Henno, Lily Hibberd, Marie-Jeanne Hoffner, Colette Hyvrard, Sarah Jérôme, Thomas Klimowski, Carine Klonowski, Petra Kohle & Nicolas Vermot Petit-Outhenin, Stéphanie Lagarde, Jean-Jacques Lebel, Angélique Lecaille, Sandra Lorenzi, Frédérique Lucien, Vincent Mauger, François Mazabraud, Antoine Miserey, Juliette Mogenet, Sébastien Montéro, Simon Nicaise, Eva Nielsen, Bettie Nin, Célia Nkala, Aurore Pallet, Stéfane Perraud, Françoise Pétrovitch, Delphine Renault, Simon Rulquin, Benjamin Sabatier, Lionel Sabatté, Magali Sanheira, Roland Schar, Olivier Sévère, Keen Soulhal, Jeanne Susplugas, Claire Tabouret, Cedric Taling, Eva Taulois, Agnès Thurnauer & Michèle Cohen-Halimi, Virginie Trastour, Thomas Tronel-Gauthier, Claire Trotignon, Céline Tuloup, Jeanne Tzaut, Pauline Vachon, Miguel Angel Valdivia, Zoé Williams, Marine Wallon, Aline Zalko


 

Sortie du catalogue 3BDG 2013
Suite à mon exposition "Paradox Landscape"(Galerie Osmica, Belgrade), parution d'un texte sur la pièce "Fleur bleue et rose blanche" par Yann Ricordel, dans le catalogue 3BGD 2013

* le 16 Avril à 18h
Musée d'art contemporain ( Danube 37 ) - NOVI SAD

* le 30 Avril à 19h
Galerie 12HUB ( Karađorđeva 59 ) - BELGRADE

Modérateur : Stevan Vukovic

L' Association 3BGD (Treci Beograd) annonce sa troisième publication consacrée à l'examen des activités artistiques et des workshops réalisés dans l'année écoulée.
Le catalogue 3BGD 2013 est un recueil de textes critiques qui traitent , d'une part, de plus d'une quarantaine d' événements organisés par 3BGD , mais aussi de la genèse interne d'une (micro) utopie .
Cette publication est le fruit d'une réflexion entre 3BGD et ses collaborateurs, sur l'autonomie de l'activité artistique , le workshop et le collectif .

Textes de : Rados Antonijevic , Bojana Atlija , Lori Baldwin , Ana Banduka , Julia Blawert , diSTRUKTURA , Ksenija Jovišević , Ursula Keller , Stevan Kojic , Tamara Laketić , Sunčica Lambic - Fenjčev Cedomila Marinkovic , Zeljko Momirov , Olivera Parlić , John popic , Marica Radojcic , Alexander Rafajlovic , Yann Ricordel , Andrea Schlemmer , Sandra Stojanovic , Predrag Terzic , Selman et Stevan Vukovic Trtovac .

Photo de Treci Beograd.


 

Le Non_Jazz #0105
jeudi 1er Mai 2014

MV CARBON/us
H&M/fr/jp
GOMEZ+GARGAUD/fr
CARBON SINK/fr

@TREIZE
24 rue Moret
75011 M° Couronnes/Ménilmontant

19:30 portes - 20:00 1er concert! - 23:00 fin de tout
6€

http://nnjzz.tumblr.com

Préambule 'historique'//Intro-emo::Intro-emo::
METALUX furent parmi les premiers groupes noise (ou : associés à la scène) que nous vîmes - & aimâmes - live.
Derrière leurs guitares, un amas d'electronics et un imposant magnéto à bandes, MV Carbon & Jenny Gräf, dégageaient à la fois une assurance et une vulnérabilité dans une aura de poésie délétère et wtf.
Des années plus tard, elles reviennent par ici (même si - dissociées & solo: MV le 01/05 - Jenny le 29/05) - et nous somme bien CONTENTS de les recevoir.

MV CARBON/us nyc brooklyn ::
artiste pluridisciplinaire (vidéo, peinture, installations...) - elle s'est fait connaître sur la scène noise surtout au sein du dark-wave electronic' duo METALUX (cf. ci-dessus...) avec Jenny Gräf - les deux ayant par ailleurs également joué au début des années 2000 dans Bride of NoNo, un quartette féminin de noise-rock/arty-'para-prog', formé autour d'Azita (Scissors Girls).
De nos jours - METALUX se "réforme" sporadiquement mais les deux artistes travaillent surtout indépendamment, solo ou avec leurs pairs - ainsi MV a plusieurs fois collaboré avec - entre autres, Tony Conrad, C Spencer Yeh, Twig Harper, John Wiese, Bill Nace, Smegma, Maria Chavez, Aki Onda ...
Elle crée des compositions plutôt assez sombres & inquiétantes, improvisant avec synthés analogiques, bandes, violoncelle (N.B. elle performe féquemment avec un TV-cello à la Nam June Paik), guitare, voix.
'MV Carbon is a Brooklyn-based musician/artist with a completely unconventional and wildly conceptual approach to music-making and performance. She uses fragmented field recordings, cello, guitar, analog synthesizers, samplers, drum machines, tape manipulations, and photosensitive oscillators to create eerie and weirdly unsettling compositions. Carbon has collaborated with a who's-who of avant-garde contemporanea: Aki Onda, Tony Conrad, Evan Parker, John Wiese, C Spencer Yeh, Twig Harper, Bill Nace, John Edwards, Culver (Skullflower), Okkyung Lee, Smegma and a host of others. She has performed internationally for years in galleries, rock clubs, museums, attics, basements, gardens, etc. With her band Metalux she has released music on some of the most interesting labels of the last ten years: 5RC, Load, Hanson, Veglia, No Fun, and Nihilist. Her work with the band Bride Of No No has two releases out on Atavistic. Her solo cassette tape, The Shaft, was released on Period Tapes in July 2011.
Carbon is also a painter and installation artist whose artwork has been exhibited at a number of U.S. galleries. Dislodged Perihelion utilizes vintage drum machines and synths, guitar loops, tape machines, voice, and cello. The lyrics abstractly reveal particular scenarios, images, moods, and impressions where the listener feels and experiences sensations from disruption to enchantment.'
(Ecstatic Peace)

http://mvcarbon.com

H&M/fr/jp paris::
Taille XXXL +S (c'est ce qu'ils disent)
'Réformation' annuelle de ce duo - mixte et pas piqué des hannetons.
Tags:
hendrik hegray miho bobby moo t-shirts mouillés (concours des)

GOMEZ + GARGAUD/fr le havre::
Stridences granuleuses, gazouillis + gargouillis sourdent des entrailles d'une console bouclée, analogique et antédiluvienne, ou d'un synthétiseur (tout aussi analogique), les 'vocalises'sont cartoonesques et la guitare cyclothymique. C'est plein d'aspérités, de récifs, recoins et d'humour. Grosse patate de folie (douce). A moins que.
"Guillaume Gargaud et JP Gomez forment un duo percutant et intense depuis plusieurs années. Une tension exacerbée s’en dégage tant ils sont à l’écoute l’un de l’autre. La dynamique du jeu des questions-réponses peut osciller entre violence et expressionnisme aussi bien qu’entre
douceur et minimalisme." (Festival PiedNu)

http://www.youtube.com/Jn1sJH1eCE0 /
http://www.youtube.com/dBSUkBkfaLY /
http://www.youtube.com/vKDL0Kqc-5w

CARBON SINK/fr paris::
est un projet électro-acoustique formé de Gaël Angelis et Magali Sanheira, qui demeure à géométrie variable.
Lui - joue des field recordings et des résonances de l'architecture, elle - a pour instrument un IPN amplifié. Ce projet fait suite à de nombreuses années de collaboration sur des projets plastiques et marque leur intérêt commun pour des systèmes d' amplification et des systèmes électromécaniques “auto-génératifs“, permettant d'activer des objets et matériaux par frottements, percussions ou vibrations. Ils construisent ainsi un environnement immersif et organique, aux couleurs d'une musique concrète, minimale et contemplative.

http://soundcloud.com/g-angelis
http://carbonsink.bandcamp.com/


 

FESTIVAL DE MAI
Musiques Actuelles Improvisées

Du 7 au 10 mai 2014, concerts, expositions, conférence.

Le Festival de Mai accueillera pour sa 2ème édition, des artistes venant d’Europe et même d’un peu plus loin, pour une programmation toujours plus large autour de la musique expérimentale improvisée.

Du punk hystérique norvégien de Ich Bin N!ntendo, au free jazzcore hollandais des Cactus Truck. Du noise emballé sous sachet avec Vomir, à l’élastique vibration des sirènes du québécois Jean-Francois Laporte. Aussi, les manipulations sensibles de Clara de Asis, le beat rigoureux de Utku Tavil, le soupçon de terreur de Kabbale Bukkake (Joachim Montessuis / Gaël Angelis), la distorsion-vaudou des Dustbreeders, le drone rock de La Morte Young, et pour la première fois en France, le harshnoise écossais de Smoke Jaguar.

Tout ceci ponctué d’expositions : « Nature amplifiée » de Magali Sanheira / Luka Toyboy et les photographies d’Eni kim et Nicolas Calluaud.
Ainsi que d’une conférence sur les « nouvelles lutheries électroniques », proposée par Gaël Navard.

Soyons audacieux ! Rendez-vous en mai!!! Pour quatre jours de Musiques Improvisées!!

L’équipe du Projet Cluster

PROGRAMME

Mercredi 7 mai 2014 _ La Station
Halle sud du chantier Sang Neuf. 89 route de Turin. 06300 Nice

Activation de "Portée" dans le cadre de "Insightlight", une exposition de JÉRÔME PORET

DUSTBREEDERS (fr – Metz / Paris – noise)
LA MORTE YOUNG (fr – Nice / Grenoble – drone rock)
VOMIR (fr – Montpellier – harshnoise)
PROJET CLUSTER à géométrie variable (Ici et ailleurs – noise)

Ouverture des portes : 20h00. Début des concerts : 21H00
PAF 8 € + 2 € d’adhésion à l’association Starter / La Station

Jeudi 8 mai 2014 _ Le Salon
7 Rue des Combattants en Afrique du Nord. 06000 Nice

«Nature amplifiée», Exposition de MAGALI SANHEIRA (fr – Paris – dessins)
avec LUKA TOYBOY (srb – Belgrade – bande sonore)

GAËL NAVARD « Ecco » (fr – Nice – lutherie électronique)

Vernissage de l’exposition : 18h30
Début du concert : 20h00
Prix libre

Vendredi 9 mai 2014 _ Le Volume
6 rue Defly. 06000 Nice

Exposition de ENI KIM / NICOLAS CALLUAUD (fr – Nice – photographies)

KABBALE BUKKAKE (fr – Paris – freecore)
JOACHIM MONTESSUIS (solo)
GAËL ANGELIS (solo)
SMOKE JAGUAR (sc – Glasgow – harshnoise wall)
ICH BIN N!NTENDO (no – Oslo – free punk)
CACTUS TRUCK (nd – Amsterdam – jazzcore)

Vernissage de l’exposition : 19h30
Début des concerts : 21h00 (précise)
PAF 8 € + 2 € d’adhésion à l’association la Source / Le Volume

Samedi 10 mai 2014 _ L’Espace Magnan
31 rue de Louis Coppet. 06000 Nice

Conférence de GAËL NAVARD «Les nouvelles lutheries électroniques : singularité et perspectives pour l’improvisation composée»

JEAN-FRANÇOIS LAPORTE (ca – Montreal – soundmatters)
- Rust : 22 minutes
- Rituel : 8 minutes
- Scratch & feeds : 15 minutes
UKTU TAVIL (it – Turin – noise / beat)
CLARA DE ASIS (fr – Marseille – guitare préparée)

Ouverture des portes : 19h00
Conférence : 20h00
Début des concerts : 21h00
PAF 8 €

*****
LE PASS FESTIVAL est à présent en vente via YesGoLive.
Pour 20 € (frais de location inclus), il vous donne accès aux soirées du 7, 9 et 10 Mai 2014.

Attention: Les 2 € d’adhésion à l’association la Source / Le Volume, ainsi que les 2 € d’adhésion à l’association Starter / La Station, ne sont pas compris dans ce tarif, mais seront à régler sur place pour les personnes n’étant pas déjà adhérentes.
Nous vous informons que le Pass Festival sera en vente sur internet uniquement.

Billetterie en ligne: 8 € / 20 € (frais de location inclus)
Retrouvez-nous sur le web | sur FB


 

SONIC PROTEST
10e édition du 4 au 13 avril 2014

MIKRO T.V

DU SAMEDI 12 AVRIL 22h AU DIMANCHE 13 AVRIL 22h
LA GÉNÉRALE - 14, avenue Parmentier, 75011 Paris

ENTRÉE LIBRE

Diffusion de "Allegro Furioso" (fiction documentaire) le dimanche 13 avril à 13h

Clôture de l'exposition et du festival = télé-pirate pour 24h de programme. Un collectif d'artistes vient parasiter l'exposition "Let's Get Physical !" et son lieu pour la création d'une œuvre collaborative et ouverte : Mikro.TV, une micro station de télévision construite sur place ! Mikro.TV est une chaîne de télévision qui transforme et détourne la télévision en laboratoire. Avec quelques changements simples et un peu d'habileté, il est aisé de transformer un ensemble de récepteurs de salon et d'électronique grand public en une station de télévision de courte portée. Pourquoi ne pas lancer une chaîne de télévision pour une rue seulement ? Pourquoi pas une chaîne de télévision artistique pour vos voisins ? Micro implique également une structure totalement différente : une alternative aux médias mondialisés. Micro comme une contre-stratégie à l'uniformité des médias de masse, qui permet l'intimité, le dialogue et l'immédiateté. Mikro.TV est mis en place collectivement par : !Mediengruppe Bitnik, RYBN, xmx, KRN, individu, Benjamin Cadon, Ivan Chabanaud, Flo Kaufmann, Nicolas Montgermont, Jean-François Blanquet et Carl Y.
Mikro.TV reprend la saillie de Jello Biaffra : ne détestez pas le média, devenez le média ! Sonic Protest associe le Do It Yourself de la scène punk au D.I.Y. des hackers et crée un pont entre ces deux esthétiques de résistance.

Programme:http://rybn.org/mikroTV/programme
Infos :http://rybn.org/mikroTV
STREAM :http://www.mosaika.tv/room_medias/44 ou http://www.rybn.org/stream

Pour célébrer sa 10e édition, Sonic Protest prend ses aises et propose un généreux programme de dix jours, à Paris et aux alentours, dévolu aux défricheurs de musiques et autres explorateurs du sonore :
de Brigitte Fontaine & Areski Belkacem à Zeitkratzer en passant par Merzbow, Lee Ranaldo, Thurston Moore, Radian, Unas, The Rebel, DJ Marcelle, Mammane Sani, Evil Moisture, Phil Minton, Jean-François Laporte, Usé, Group Inerane duo, Selventher, KG, Èlg, Terminal Cheesecake ou Albert Marcœur et le Quatuor Béla, le champ est large et se permet d'englober les musiques de création sans étiquette ni a priori.

Adossées à une exposition, Let's get physical !, qui permet de visualiser ce qu'on entend (et vice versa) et à un programme d'action culturelle construit autour de trois ateliers qui partagent les pratiques, les six soirées de concerts de Sonic Protest 2014 se dérouleront dans une église (Viva Saint-Merry !), dans un cirque (électrique, bien sûr), dans des anciens entrepôts où Georges Méliès inventa le cinéma (La Parole Errante) et même dans une salle… de concerts (Centre Barbara FGO) où le festival débutera en célébrant sa 10è édition entre live et DJ set… jusqu'à l'aube.

Sonic Protest 2014 c'est aussi dix neuf soirées dans quatorze autres villes : Creil, Bruxelles, Lyon, Brest, Marseille, Angers, Metz, Lille, Nantes, Dijon, Reims, Bourges, Rotterdam et Tours, tour d'Europe et tour de force !

Parfois gratuites et toujours abordables, les soirées de Sonic Protest permettent les rencontres, promettent l'inédit et offrent de l'inouï : artistes cultes + projets tout jeune + installations sonores + DJ sets + restitutions d'ateliers + conférences + crêpes + compilation triple K7 + curiosa market + ouvert toute la nuit + rencontres inédites + 1eres fois à Paris + 10 jours d'exposition + programme participatif à la T.V. pour 24h non-stop en final !

Sonic Protest 2014 : une expérience de l'expérimentation, pour la 10è fois !
Informations et programme complet:http://www.sonicprotest.com


 

DEBAT / CONFERENCE

Le commissariat et la galerie
Le récit, son autonomie et ses interactions.

le vendredi 21 février à 18h
Galerie SEE STUDIO, 7 rue Saint Claude, 75003 Paris

En partant du point de vue d’une pratique curatoriale qui pense l’acte d’exposition comme un acte de langage, qui consiste dans la narration d’une histoire/récit et dans la création d’une expérience sensible et/ou intellectuelle, ce débat/conférence a pour objet d’interroger le choix, les modalités et les conséquences d’une pratique curatoriale exercée au sein des galeries, par les commissaires d’exposition, les galeristes ou les artistes.

Intervenants :
LEA BISMUTH, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante
ANNE BOURGOIS, galeriste, galerie De Roussan
ROSARIO CALTABIANO, galeriste, galerie 22,48m2
ELEONORE FALSE, artiste
MURIEL LERAY, artiste
LAURENT PERNOT, artiste (sous réserve)
ALEXANDRE QUOI, historien de l’art et commissaire d’exposition indépendant
MAGALI SANHEIRA, artiste
SEVERINE DE VOLKOVITCH, galeriste, galerie Backslash
ANA VEGA, artiste

Modérateur :
VALERIA CETRARO, architecte et commissaire d’exposition indépendante

Réservation : contact@seestudio.net


 

Shoot
Dératisme Revue

N°63 Spécial Shoot: http://www.deratisme.com/63-4/

DERATISME est une revue en ligne proposant tous les 15 jours 10 créations originales intégrant différents médias. Le DERATISME se caractérise par une volonté de se soumettre totalement à la vitesse du monde, de courir comme un dératé, pour finalement le dépasser. [Vive le DERATISME]

DERATISME is an online journal that showcases 10 original creations, employing different artistic media, every two weeks.
DERATISME is defined as the desire to totally submit oneself to the speed of the world, and to run like a madman, so as to finally overtake it.
[Long live DERATISME]


 

THE END / Le catalogue de l'exposition

 


Consultable en ligne.

Disponible à la galerie See Studio.

Direction d'ouvrage : Valeria Cetraro
Textes de : Valeria Cetraro, Laure Jaumouillé et Muriel Leray

 

 

 


 

The End

Vernissage le 28 novembre 2013 - 18h00 / 22h00.
Exposition du 28 novembre 2013 au 22 février 2014

Galerie SEE Studio
7 rue saint claude, 75003 Paris

curateur DERIVA

Zineb Andress Arraki, Sylvain Baumann, Benoit Billotte, Jean-Baptiste Caron, Charlotte Charbonnel, Susanna Lehtinen, Muriel Leray, Audrey Martin, Alexandre Maubert, Naziha Mestaoui, Laurent Pernot, Magali Sanheira, Vaan

« La fin, c’est l’univers absurde et cette attitude d’esprit qui éclaire le monde sous un jour qui lui est propre, pour en faire resplendir le visage privilégié et implacable qu’elle sait lui reconnaître. »
A. Camus, Le Mythe de Sisyphe.

L’exposition The End est un environnement où se croisent différents regards sur le caractère fragile et éphémère de l’existence. C’est la conscience de la finitude, comme expérience existentielle liée au temps et à l’espace, sentiment d’absurdité lié à notre devenir. Cette conscience peut prendre différents chemins, nous accompagner ou nous perdre. C’est une question d’attitude : l’homme qui a saisi l’absurdité peut toujours choisir de regarder son horizon avec résignation, indifférence ou conviction. Albert Camus décrit l’homme absurde comme un individu capable d’accepter le caractère éphémère de la vie et de transformer cette acceptation en créativité. C’est la proposition des artistes invités à cette exposition collective par le laboratoire DERIVA : arracher au mot de la fin son pessimisme, pour le transformer en révolte, ironie, mystère ou légèreté. C’est ainsi que l’histoire ambiguë de The End a pris forme, entre noirceur et lueur, dans les sous-entendus privés de chaque artiste.

Valeria Cetraro

Dossier de presse :
http://www.magalisanheira.org/wp-content/archives/TE_CP_SEESTUDIO_131109.pdf